GRIT Groupe de Recherche sur l'Image et le Texte
1, place Blaise Pascal - B-1348 Louvain-la-Neuve (Belgique) - tél. +32 (0)10 47 49 24 - fax +32 (0)10 47 25 79 - grit@rom.ucl.ac.be

"AIRE LIBRE", ART LIBRE ? : compte-rendu

Le numéro 43 de la revue Textyles a mis à l’honneur l’ouvrage de Benoît Glaude, "AIRE LIBRE", ART LIBRE ? (2011) à travers le compte-rendu positif qu’en propose Pierre-Yves Hurel.

Le texte est accessible en ligne. La technologie de pointe dont dispose le GRIT nous permet en outre d’en proposer une version pdf à nos visiteurs.


Journée d’études du groupe de contact F.R.S.-FNRS "Historiographie et épistémologie de l’histoire de l’art"

La journée d’étude « Logiques iconiques » se déroulera à l’Université de Liège (A1/salle de l’Horloge), le vendredi 28 février de 9h30 à 17h30.

Le groupe de contact F.R.S.-FNRS en « Historiographie et épistémologie de l’histoire de l’art » inaugure par cette journée d’étude un nouvel axe de recherche méthodologique et transdisciplinaire consacré au statut de l’image au sein de nos disciplines respectives. Depuis les champs épistémiques de l’histoire, de la philosophie, de l’anthropologie, de la science du langage ou de la théorie de l’art, chacun réfléchira à la fonction des éléments visuels dans la construction du savoir. Loin d’interroger seulement la puissance heuristique ou exemplative de l’image, on tentera d’identifier les effets du règne grandissant de celle-ci sur nos discours théoriques. Les modalités propres du langage visuel, que l’on ne peut plus aujourd’hui négliger, mettent à l’épreuve nos repères disciplinaires. Les outils traditionnels sont-ils adaptés aux logiques spécifiques des images ? Sinon, quels sont les moyens nouveaux (conceptuels, descriptifs, etc.) que la prise en compte d’éléments visuels nous impose ?

Cette rencontre figure également au programme du module du même nom proposé par l’Ecole doctorale n°4 du FNRS.


Nouvelle brève

Le Pr. Philippe Kaenel nous informe que le projet " Les artistes et les livres (1880-2015). La Suisse comme plateforme culturelle / Die Künstler und die Bücher (1880-2015). Die Schweiz als kulturelle Plattform / Artists and Books (1880-2015). Switzerland as a cultural platform " a reçu l’aval du FNS.

Cet important projet, réalisé en partenariat avec la Bibliothèque nationale suisse (Susanne Bieri), va générer une publication, une exposition itinérante, une base de données et un site web ainsi que nombre de possibilités de stages dont le centre des Sciences historiques de la culture pourra profiter.

Ce projet inaugure surtout un partenariat sur le long terme entre notre Faculté et la Bibliothèque nationale, et permettra de renforcer les axes de recherche du centre SHC consacrés à la question des relations textes images et aux transferts culturels.


Jean Ray. L’alchimie du mystère

Les Bibliothèques des Littératures d’Aventures (BiLA)du Centre Steeman ont le plaisir d’accueillir l’exposition « Jean Ray, l’alchimie du mystère », conçue par l’Amicale Jean Ray :

L’Edgar Poe belge ou le Jack London flamand ? Maître incontesté de la littérature fantastique ou praticien hors-pair du roman policier ? Aventurier ou mythomane ? Jean Ray auteur d’expression française ou John Flanders auteur d’expression néerlandaise ? Jean Ray / John Flanders, c’est tout cela à la fois !

Le vernissage de l’exposition consacrée à cet écrivain belge de renom aura lieu le 27 mars 2013 à 18h30. Plusieurs invités d’honneur seront présents, parmi lesquels Alfu (Alain Fuzelier), directeur de Encrage Editions et responsable du Centre Rocambole (Centre de Ressources international du Roman populaire) ainsi que Arnaud Huftier, co-responsable de l’Amicale Jean Ray et auteur de l’ouvrage Jean Ray et l’alchimie du mystère. L’exposition, dont l’entrée est libre, sera visible à la BiLA jusqu’au 15 mai 2013.

Pour plus d’informations, rendez-vous sur la page de l’événement !


Lex-ICON : Traiter l’image comme un texte / Traiter le texte comme une image

Le colloque international Lex-Icon, consacré à la dyade texte/image autant qu’à son dépassement, se déroulera du 7 au 10 juin 2012 à l’Université de Haute-Alsace (Mulhouse).

L’événement, co-organisé par Jennifer K Dick (UHA/ILLE), Océane Delleaux (UHA/CREM/Edith), Eric Suchère (École Supérieure d’Art et Design de Saint-Étienne), Didier Girard (UHA/ILLE), Jean-Robert Gerard (UHA/ILLE) et Fréderique Toudoire-Surlapierre (UHA/ILLE), est ouvert au public (10 €/jour ou 20 €/colloque pour les adultes, tarif réduit de 5 € pour les étudiants. Entrée libre pour les intervenants, enseignants et étudiants de l’UHA, du Quai et de l’IUT de Colmar-Mulhouse).

Le programme du colloque est consultable en ligne.


Affichage du site
Le site est fonctionnel non seulement sous Firefox (Mac et PC) et Safari (Mac), mais aussi sous Internet Explorer 6 (PC). Néanmoins, pour les PC, l’affichage sera plus harmonieux sous Firefox, téléchargeable gratuitement.

DERNIERS ARTICLES ÉDITÉS

Grit
Des questions ou des suggestions relatives à nos recherches, à nos activités ou à nos publications ? Des remarques ou des conseils quant au contenu de notre site ou à sa conception ? N’hésitez pas à (...) Plus...

 

Edito

Parution de "Tintin et Spirou contre les négriers"

E
N novembre 2013, Philippe Delisle, professeur d’Histoire contemporaine à l’Université Jean Moulin de Lyon, a publié chez Karthala l’ouvrage intitulé Tintin et Spirou contre les négriers. La BD franco-belge : une littérature antiesclavagiste ? Dans cet ouvrage, Philippe Delisle revient sur un pan important de l’histoire de la bande dessinée francophone, tout en appréhendant de manière originale la pensée européenne sur l’asservissement des Africains.

Depuis les années 1940, la bande dessinée franco-belge a régulièrement stigmatisé la traite des Noirs et l’esclavage colonial. Deux de ses héros les plus fameux ont ainsi affronté, presque au même moment, de redoutables négriers : Tintin dans Coke en stock et Spirou dans Le gorille a bonne mine. D’autres aventuriers de papier les avaient précédés, ou les suivent : Jean Valhardi, Marc Dacier, Barbe-Rouge... Et le thème connaîtra une certaine postérité, à travers une série à succès comme « Les passagers du vent », ou encore la récente adaptation d’un roman d’Eugène Sue : Atar Gull.

Mais, selon les époques, l’antiesclavagisme en bande dessinée ne s’appuie pas sur les mêmes fondements idéologiques. Au cours des années 1940-1960, les éditeurs et les auteurs paraissent être influencés par tout un discours de propagande, qui met en avant la « mission civilisatrice et émancipatrice » de la Belgique ou de la France. Maintes vignettes font écho à une imagerie à la fois abolitionniste et paternaliste diffusée depuis la fin du XVIIIe siècle. A partir des années 1980, en revanche, l’antiesclavagisme en cases et en bulles vient puiser ses racines dans l’anticolonialisme, dans une dénonciation des excès de la domination française ou belge...

Pour plus d’informations, rendez-vous sur le site de l’éditeur.

1, place Blaise Pascal - B-1348 Louvain-la-Neuve (Belgique) - tél. +32 (0)10 47 49 24 - fax +32 (0)10 47 25 79
Envoyer un mail au GRIT - Mise à jour : vendredi 28 mars 2014