Grit Groupe de Recherche sur l'Image et le Texte
1, place Blaise Pascal - B-1348 Louvain-la-Neuve (Belgique) - tél. +32 (0)10 47 49 24 - fax +32 (0)10 47 25 79 - grit@rom.ucl.ac.be

RÉFÉRENCE
PIROTTE Jean, « Écoute Clio !... Les images parlent. Ouvertures historiennes à l’analyse des documents iconiques », dans TILLEUIL Jean-Louis (sous la dir. de), Théories et lectures de la relation image-texte, Cortil-Wodon, E.M.E., 2005, p. 27-60 (coll. « [TEXTE-IMAGE] »).

Jean Pirotte
Jean Pirotte, historien, est directeur de recherches au Fonds National de la Recherche Scientifique (F.N.R.S.) et professeur à l’Université catholique de Louvain, où il est responsable de (...) Plus...

article

[introduction]

Écoute Clio !... Les images parlent
Ouvertures historiennes à l’analyse des documents iconiques

P
OUR l’historien de ce début du troisième millénaire, l’importance de l’image n’est plus à démontrer [1]. Il n’en a pas toujours été de même : le champ de l’histoire était traditionnellement défini comme commençant avec l’écriture ; la recherche privilégiait les sources écrites, n’accordant à l’examen des traces iconographiques qu’un statut parmi les sciences auxiliaires de l’histoire. Il n’en va plus de même, car le type d’écriture de l’histoire qui s’est affirmé au cours du dernier tiers du XXe siècle a pris en considération la puissance de l’arme que l’image peut devenir dans les mains des publicitaires, des idéologues et des manipulateurs de toutes sortes. L’importance des images vient de ce qu’elles sont, partiellement du moins, le miroir des préoccupations des sociétés qui les sécrètent et, par ailleurs, qu’elles imposent en douceur des contenus et des systèmes de pensée aux sociétés qui les utilisent. L’historien sait donc l’importance de pénétrer dans les images anciennes pour s’introduire dans les imaginaires des générations précédentes. La rareté plus grande des images dans les sociétés d’hier ne rendait-elle pas celles-ci plus précieuses encore ? Message multiple se frayant vers le récepteur un accès par les canaux variés de la séduction sentimentale et esthétique, de la rhétorique visuelle, du symbolisme et de l’argumentation rationnelle, l’image doit être décodée par des méthodes diverses. Un tel décodage doit permettre de mieux suivre le cheminement de l’image dans les esprits des utilisateurs.

Dans un premier temps, on s’interrogera sur les spécificités critiques du regard historien sur l’image : les étapes de la pénétration des sources iconographiques dans l’écriture de l’histoire et sur l’intérêt de la critique historique classique pour analyser les images (L’historien et les images). Dans un second temps, on s’efforcera, en allant du plus limpide au plus obscur, du plus superficiel au plus profond, de rendre perceptible tout ce que l’image peut dire à l’historien qui cherche à se mettre à son écoute : ce que l’image dit explicitement, ce qu’elle extériorise malgré elle, ce qu’elle ne peut exprimer que lorsqu’on la replace dans le contexte de son utilisation, au sein des gestes qui l’ont fait naître, au milieu des paroles et des objets qui l’entourent (Une polyphonie à trois voix). Ce second point manifestera les ouvertures historiennes par des tentatives d’appropriation de méthodes issues des domaines voisins.


[1] Sur la puissance de l’image, voir le florilège d’opinions établi par Louis MARIN, Des pouvoirs de l’image, Paris, Seuil, 1993.

Référence : PIROTTE Jean, « Écoute Clio !... Les images parlent. Ouvertures historiennes à l’analyse des documents iconiques », dans TILLEUIL Jean-Louis (sous la dir. de), Théories et lectures de la relation image-texte, Cortil-Wodon, E.M.E., 2005, p. 27-60 (coll. « [TEXTE-IMAGE] »).
 
1, place Blaise Pascal - B-1348 Louvain-la-Neuve (Belgique) - tél. +32 (0)10 47 49 24 - fax +32 (0)10 47 25 79
Envoyer un mail au GRIT - Mise à jour : mercredi 16 décembre 2015