Grit Groupe de Recherche sur l'Image et le Texte
1, place Blaise Pascal - B-1348 Louvain-la-Neuve (Belgique) - tél. +32 (0)10 47 49 24 - fax +32 (0)10 47 25 79 - grit@rom.ucl.ac.be

DANS LA MÊME RUBRIQUE

séminaire

L'écrivain au cinéma, cinéma des écrivains
Anne-Marie Garat, une romancière au cinéma

U
NE initiative du Service de Culture Cinématographique asbl, en collaboration avec la Cinémathèque Royale

Les rapports entre cinéma et littérature ont souvent fait l’objet de réflexions dans le domaine des théories cinématographiques. Les liens entre ces deux formes d’art, variant entre enrichissement mutuel et irrémédiables tensions, remontent jusqu’au cinéma des premiers temps et se prolongent jusqu’au cœur du cinéma contemporain. S’ils se sont souvent interrogés sur ce que le cinéma devait à la littérature, peu de théoriciens se sont penchés sur l’apport du cinéma à la littérature, si ce n’est dans le cadre des exemples canoniques de collaborations entre écrivain et cinéaste, comme le travail commun d’Alain Resnais et de Marguerite Duras sur Hiroshima mon amour. Qu’en est-il du rapport actuel entre ces deux arts ? Ont-ils finalement appris à s’apprivoiser ? Quelles sont leurs différentes formes d’interactions et leur degré de sophistication aussi bien au niveau des livres que des films ?

Après une nécessaire remise en perspective de ces rapports complexes au travers d’un éventail de questions déjà abordées ailleurs (légitimité du cinéma vis-à-vis de la littérature dans la « hiérarchie des arts », le phénomène de l’adaptation, celui de la novélisation, la représentation de l’écrivain à l’écran, etc.), ce séminaire se propose d’examiner, sous un éclairage inédit, deux perspectives qui interagiront dans une mise en miroir. Dans un premier temps, l’influence de l’écriture sur la construction narrative et stylistique des films contemporains ; dans un deuxième temps, l’influence du cinéma sur certains romans contemporains, tant sur le plan de l’intrigue que sur le style.

Cette réflexion théorique sera enrichie du témoignage d’Anne-Marie Garat, romancière, critique et professeur de cinéma, qui proposera un parcours commenté au travers des films qui ont marqué son inspiration d’écrivain. Elle abordera la question de l’importance du cinéma dans une œuvre d’écrivain et s’interrogera, dans un dialogue avec les deux intervenantes et le public, sur les modalités de l’inscription de l’image cinématographique dans le texte. Son intervention sera illustrée d’extraits de films, mis en parallèle avec certains passages significatifs de ses romans.


INTERVENANTS

Muriel Andrin est docteur en philosophie et lettres de l’Université libre de Bruxelles, maître de conférence à l’ULB et à l’Université d’Anvers, ainsi que conférencière à la Cinémathèque Royale de Belgique (Musée du cinéma) et à l’ISELP. Elle est l’auteur de Maléfiques. Le Mélodrame filmique américain et ses héroïnes (1940-1953) (Presses interuniversitaires Peter Lang, 2005), ainsi que de plusieurs articles sur la représentation des femmes dans le cinéma virtuel contemporain ainsi que sur les réalisatrices belges.

Laurence Brogniez est docteur en philosophie et lettres de l’Université libre de Bruxelles et chargée de cours aux Facultés universitaires Notre-Dame de la Paix à Namur, où elle enseigne l’histoire littéraire et assure des séminaires de formation continuée sur les rapports texte/image. Elle est l’auteur d’une thèse, publiée chez Champion sous le titre Préraphaélisme et Symbolisme : peinture littéraire et image poétique (2003), qui traite la question des rapports entre peinture et littérature à l’époque symboliste.

Anne-Marie Garat est écrivain. Elle a été professeur de littérature, de photographie et de cinéma, et chargée de mission pour l’Éducation artistique et l’Action culturelle du Ministère de l’Éducation nationale. Elle est l’auteur de romans et de récits, ainsi que d’essais et d’articles sur la photographie et le cinéma. On lui doit, entre autres, L’insomniaque (1987, Prix François Mauriac), Chambre noire (1990, Prix Alain-Fournier), Aden (1992, Prix Femina) et, plus récemment, Nous nous connaissons déjà (2003). Elle vient de publier chez Actes Sud Une faim de loup, une lecture du Petit Chaperon rouge (2004), et est aussi co-auteur d’un ouvrage d’initiation à la culture de l’image, Petite fabrique de l’image (2003).


INFORMATIONS PRATIQUES

Date

Le samedi 4 février 2006

Lieu

Au Musée du Cinéma - Palais des Beaux-Arts - 9, rue Baron Horta - B-1000 Bruxelles

Renseignements

-   tél. : 02 551 19 47 (Service de Culture Cinématographique asbl)
-   email : scc@ledoux.be

Inscriptions

Au Musée du Cinéma, tous les jours à partir de 17h30 (inscription sur place à partir du lundi 16 janvier 2006)

Prix

-   12 € (6 € pour les étudiants et les détenteurs de la carte annuelle)
-   cette inscription donne également accès à la séance publique de 18h15 (Sombre de Philippe Grandrieux, 1998)
-   tél. : 02 507 83 70 (Musée du Cinéma)

1, place Blaise Pascal - B-1348 Louvain-la-Neuve (Belgique) - tél. +32 (0)10 47 49 24 - fax +32 (0)10 47 25 79
Envoyer un mail au GRIT - Mise à jour : mercredi 16 décembre 2015