Grit Groupe de Recherche sur l'Image et le Texte
1, place Blaise Pascal - B-1348 Louvain-la-Neuve (Belgique) - tél. +32 (0)10 47 49 24 - fax +32 (0)10 47 25 79 - grit@rom.ucl.ac.be

RÉFÉRENCE

Jean-Louis Tilleuil
Jean-Louis Tilleuil est professeur à la Faculté de philosophie, arts et lettres (UCL). Ses enseignements et ses recherches portent sur l’étude sociocritique des productions littéraires et sur la (...) Plus...

édito

[dimanche 26 février 2006]

Quels mots ajouter aux images ?
Réflexions au sujet des caricatures de Mahomet

Q
U’est-ce qu’il est encore possible d’écrire à propos des douze fameuses caricatures danoises du prophète Mahomet publiées sous le titre « Les visages de Mahomet » (dans le quotidien Jyllands-Posten, le 30/09/2005 [1]), après tout ce qui a été communiqué durant ce mois de février 2006, notamment dans la presse écrite ? N’ayant pas eu l’opportunité de tout lire, je constate cependant que les articles que j’ai eus sous les yeux (Libération, Le Monde, Charlie Hebdo, La Libre Belgique, Le Vif/L’Express, Nord Eclair...) et dont j’ai pu confronter les contenus ti(t)raient un peu dans tous les sens. En cette fin février, après décantation, quelques grands types de réaction se dégagent. Ici aussi, mon intention n’est pas de les mentionner tous, mais de m’interroger sur le fait qu’on ait pu en négliger l’un ou l’autre susceptible d’éviter en amont l’émergence de pareille crise.

(JPG)
La métamorphose de Louis-Philippe en poire [1]
Charles Philipon (1800-1861)
La Caricature, janvier 1832

De par le monde, deux positions se sont opposées très vite : d’un côté, il y a ceux et celles qui prennent fait et cause pour la défense de la liberté d’expression (dont la presse est un des fers de lance), au nom de laquelle les actes de censure sont à considérer comme autant d’atteintes au bon fonctionnement d’une société démocratique [2] ; de l’autre, on prône l’imposition de limites à l’expression (presse comprise), entendu que certaines questions doivent rester hors d’atteinte de la caricature [3]. Une position médiane, adoptée par plusieurs instances politiques nationales et internationales, est venue occuper l’espace laissé libre entre ces deux positions extrêmes : s’exprimer librement (avec ou sans caricature) est un droit démocratique à défendre, tant qu’il ne touche pas aux convictions religieuses, philosophiques, morales des individus [4]. Parmi les nombreuses autres voix (voies ?) qui se sont distinguées, je retiens celle qui défend l’exception artistique (la réalisation de l’artiste talentueux échappe à la censure) [5], celle du censeur qui choisit de tancer ceux qui ont choisi (une position extrême) [6] ou celle qui, réactualisant d’une certaine manière et non sans ironie le proverbe « À quelque chose malheur est bon », observe le déplacement intéressé qu’une telle crise peut avoir dans une jeune démocratie comme la Russie (par exemple) [7]...

(JPG)
La métamorphose de Louis-Philippe en poire [2]
Charles Philipon (1800-1861)
La Caricature, janvier 1832

Il serait bien sûr malvenu d’oublier, dans ce bref inventaire des réactions, toutes celles qui, bien au-delà des mots écrits ou les paroles prononcées suite à la publication desdites caricatures, y ont joint les gestes de violence visant certains lieux et/ou symboles en relation directe (surtout) ou indirecte (aussi) avec le pays d’origine de ces caricatures [8]. Que ces violences aient pu souvent résulter d’une récupération par des radicaux de tout poil qui ont intérêt à dramatiser à outrance la situation problématique des relations entre le Nord et le Sud, l’Ouest et l’Est, cela n’a pas surpris grand monde [9]. Par contre, ce qui paraît plus étonnant, c’est que l’on ait fait si peu de cas de cette initiative, audacieuse mais vite étouffée, du quotidien jordanien Shihane qui a publié quelques-unes des caricatures le jeudi 2 février et s’est risqué à ouvrir un débat sur la question dans son pays [10]. On peut en effet regretter que l’interruption rapide de ce débat ait privé une population musulmane de renouer avec un passé culturel figuratif qui, dans les pays de religion islamique, est loin d’être absent. Qu’en a-t-il été dans nos pays « du Nord » ?

(JPG)
La métamorphose de Louis-Philippe en poire [3]
Charles Philipon (1800-1861)
La Caricature, janvier 1832

Nombreux sont les articles qui ont rappelé que la caricature faisait partie de nos pratiques culturelles contemporaines : nous avons pu ainsi retrouver les vignettes B.D. de Marcel Gotlib qui proposaient en 1973 (dans L’Écho des savanes) une vision très festive de l’œcuménisme tel que vu par les dieux eux-mêmes [11], le film La vie de Brian des Monty Python (1979) [12], les publicités — multiples ! — qui s’inspirent de scènes de la Bible [13], la caricature de Jean-Paul II à l’occasion de ses vingt-cinq ans de pontificat [14] ou encore la parodie photographique de Jésus représenté par une femme crucifiée aux seins nus [15]... A-t-on eu la mémoire suffisante, durant ce mois d’agitation journalistique, pour retourner jusqu’à ce premier tiers du XIXe siècle français et aux très subversives images caricaturales... de La Caricature (1830-1832) ou du Charivari (1832-1893) qui politisent l’imagerie populaire, au grand dam des gouvernements de l’époque prêts à rétablir la censure... pour les images (en septembre 1835) [16] ?

(JPG)
La métamorphose de Louis-Philippe en poire [4]
Charles Philipon (1800-1861)
La Caricature, janvier 1832

Il faut l’espérer, l’enjeu étant d’insister à la fois sur le caractère traditionnel de cette pratique et la plus grande tolérance dont elle jouit désormais chez nous, tous médias confondus (cf. Les guignols de l’info). Mais cette réflexion à mener sur la caricature en induit une autre, qui nous demande de prendre en compte une crise plus ancienne, aux réveils toujours violents quoique mieux maîtrisés (mieux dé/« naturalisés ») : comment vivons-nous notre relation à l’image en général ? Quel crédit lui accordons-nous, tout particulièrement lorsqu’elle partage son espace avec le texte ? Alors que le gouvernement de la Communauté française de Belgique annonce un renouvellement des grilles de programme pour les deux premières années du secondaire au bénéfice de l’apprentissage du français et des mathématiques, ne serait-il pas souhaitable qu’une petite place, dans le cadre des activités complémentaires (formations artistiques), puisse être réservée à (ou confirmée pour) une familiarisation avec les modalités de fonctionnement (formel, sémantique, symbolique, idéologique...) de l’image figurative ? Si une telle place était déjà occupée, l’actualité à laquelle il est fait référence dans cet éditorial inciterait par exemple à montrer à ce jeune public, adulte demain, la diversité des caricatures, à le sensibiliser à leurs modalités de transformation et de détournement, etc. N’est-ce pas en rencontrant la caricature, en apprenant à mieux la connaître qu’il sera possible d’acquérir un « vrai esprit critique » et, par conséquent, de la mettre mieux à distance et d’ainsi mieux dominer l’hostilité des effets de lecture qu’elle peut produire ? Compte tenu de la plus grande mixité culturelle de nos populations scolaires, ne serait-ce pas là non plus une occasion, parmi d’autres, d’entretenir un bon dialogue entre les cultures ?

[1] Les caricatures ont circulé une nouvelle fois dans plusieurs journaux européens à partir de janvier 2006.

[2] « La presse européenne en rangs divisés », dans Libération, 03/02/2006, p. 3 ; « Des dessinateurs surpris par l’emballement », dans Libération, 03/02/2006, p. 7 ; « Dieu, Mahomet et les dessinateurs », dans Le Monde, 03/02/2006, p. 3 ; « L’Europe face à la tempête musulmane », dans Libération, 04-05/02/2006, p. 2 ; « Trois questions à Ph[ilippe] Val », dans Nord Éclair, 05/02/2006, p. 2 ; « Genèse. L’affaire des caricatures controversées de Mahomet remonte à l’été 2005 », dans Nord Éclair, 05/02/2006, p. 3 ; « Dossier. L’affaire Mahomet », dans Le Vif/L’Express, 10/02/2006, p. 42 et 43 ; « “Je [Ayaan Hirsi Ali] suis là pour défendre le droit de choquer” », dans La Libre Belgique, 12/02/2006, p. 2 ; « Siné sème la zone », dans Charlie Hebdo, 15/02/2006, p. 14

[3] « La presse européenne en rangs divisés », dans Libération, 03/02/2006, p. 3 ; « France-Soir interdit en Tunisie et au Maroc », dans La Libre Belgique, 03/02/2006, p. 3 ; « La morale bafouée “qu’elle soit laïque ou religieuse” », dans La Libre Belgique, 04-05/02/2006, p. 2 ; « Le rire oui, pas la moquerie blessante », dans La Libre Belgique, 04-05/02/2006, p. 3 ; « Dossier. L’affaire Mahomet », dans Le Vif/L’Express, 10/02/2006, p. 44 ; « Appel du Pape, heurts au Nigéria », dans La Libre Belgique, 21/02/2006, p. 11.

[4] « Une colère largement partagée dans le monde », dans La Libre Belgique, 03/02/2006, p.2 ; « Les dessins qui attisent la colère musulmane », dans Libération, 03/02/2006, p. 4 ; « Dieu, Mahomet et les dessinateurs », dans Le Monde, 03/02/2006, p. 3 ; « La liberté d’expression mais aussi celle de croire », dans La Libre Belgique, 04-05/02/2006, p. 4 ; « L’Europe face à la tempête musulmane », dans Libération, 04-05/02/2006, p. 2 ; « La colère des musulmans ne faiblit pas », dans La Libre Belgique, 07/02/2006, p. 10 ; « Caricatures : un Parlement mesuré », dans La Libre Belgique, 16/02/2006, p. 9.

[5] « “Libération” défend la liberté d’expression », dans Libération, 03/02/2006, p. 3 ; « Dieu, Mahomet et les dessinateurs », dans Le Monde, 03/02/2006, p. 3 ; « Une traînée de poudre », dans La Libre Belgique, 04-05/02/2006, p. 2 ; « L’Islam des faux croyants », dans Charlie Hebdo, 15/02/2006, p. 15.

[6] « Médiocrité, sensationnalisme et hystérie », dans La Libre Belgique, 12/02/2006, p. 39.

[7] « L’ex-Stalingrad se bat aussi contre les caricatures », dans La Libre Belgique, 21/02/2006, p. 9.

[8] « Caricatures de Mahomet : pas encore l’apaisement », dans La Libre Belgique, 01/02/2006, p. 10 ; « Les dessins sataniques », dans Libération, 03/02/2006, p. 1 ; « France-Soir ajoute la crise à la crise », dans Libération, 03/02/2006, p. 4 ; « La furie musulmane culmine à Gaza », dans La Libre Belgique, 03/02/2006, p. 2 ; « Le Danemark craint que “l’affaire Mahomet” ne provoque des violences intercommunautaires », dans Le Monde, 03/02/2006, p. 5 ; « Islam. Manifestations contre les caricatures de Mahomet », dans Le Monde, 04/02/2006, p. 1 ; « Dessins de Mahomet : les protestations s’étendent dans le monde musulman », dans Le Monde, 04/02/2006, p. 4 ; « Une traînée de poudre », dans La Libre Belgique, 04-05/02/2006, p. 2 ; « L’Europe face à la tempête musulmane », dans Libération, 04-05/02/2006, p. 2-3 ; « Caricatures : d’un dessin à la violence », dans Nord Éclair, 05/02/2006, p. 2 ; « La colère des musulmans ne faiblit pas », dans La Libre Belgique, 07/02/2006, p. 10 ; « Rasmussen appelle à la raison », dans La Libre Belgique, 08/02/2006, p. 12 ; « Dossier. Noirs desseins », dans Le Vif/L’Express, 10/02/2006, p. 47 ; « Violences au Pakistan : 3 morts », dans La Libre Belgique, 16/02/2006, p. 9.

[9] « Dieu, Mahomet et les dessinateurs », dans Le Monde, 03/02/2006, p. 3 ; « Dessins de Mahomet : les protestations s’étendent dans le monde musulman », dans Le Monde, 04/02/2006, p. 4 ; « La morale bafouée “qu’elle soit laïque ou religieuse” », dans La Libre Belgique, 04-05/02/2006, p. 2 ; « Du bon usage de la liberté », dans La Libre Belgique, 07/02/2006, p. 31 ; « Dossier. L’affaire Mahomet », dans Le Vif/L’Express, 10/02/2006, p. 42 ; « Dossier. Noirs desseins », dans Le Vif/L’Express, 10/02/2006, p. 47-49 ; « Le révélateur d’une situation pourrie », dans La Libre Belgique, 21/02/2006, p. 11.

[10] « La presse européenne en rangs divisés », dans Libération, 03/02/2006, p. 3 ; « En Jordanie. Brève publication », dans La Libre Belgique, 03/02/2006, p. 3 ; « Dessins de Mahomet : les protestations s’étendent dans le monde musulman », dans Le Monde, 04/02/2006, p. 4 ; « Caricatures : un Parlement mesuré », dans La Libre Belgique, 16/02/2006, p. 9.

[11] « Dieu, Mahomet et les dessinateurs », dans Le Monde, 03/02/2006, p. 3.

[12] « Une colère largement partagée dans le monde musulman », dans La Libre Belgique, 03/02/2006, p. 2.

[13] « Les précédents. De l’anathème à l’assassinat », dans Libération, 03/02/2006, p. 8.

[14] « Dossier. L’affaire Mahomet », dans Le Vif/L’Express, 10/02/2006, p. 43.

[15] « Dossier. L’affaire Mahomet », dans Le Vif/L’Express, 10/02/2006, p. 44.

[16] Pour l’histoire de la caricature politique et religieuse (cléricale et anti-cléricale) en Belgique, je renvoie aux excellents articles de Laurence Van Ypersele, dont on trouvera les références dans la rubrique « Publications » de notre site.

Référence :
 
1, place Blaise Pascal - B-1348 Louvain-la-Neuve (Belgique) - tél. +32 (0)10 47 49 24 - fax +32 (0)10 47 25 79
Envoyer un mail au GRIT - Mise à jour : mercredi 16 décembre 2015