Grit Groupe de Recherche sur l'Image et le Texte
1, place Blaise Pascal - B-1348 Louvain-la-Neuve (Belgique) - tél. +32 (0)10 47 49 24 - fax +32 (0)10 47 25 79 - grit@rom.ucl.ac.be

RÉFÉRENCE

Jean-Louis Tilleuil
Jean-Louis Tilleuil est professeur à la Faculté de philosophie, arts et lettres (UCL). Ses enseignements et ses recherches portent sur l’étude sociocritique des productions littéraires et sur la (...) Plus...

[mercredi 16 août 2006]

Pour Pierre Massart
Au départ d’une « nouvelle aventure »

 

N
OUS avons le regret d’annoncer le décès du professeur Pierre Massart, fondateur du Grit, survenu le vendredi 4 août dernier. Voici le texte de l’hommage qui lui a été rendu à l’occasion de ses funérailles par le professeur Jean-Louis Tilleuil. 

Très Chère Bernadette,
Chers Frères et Sœurs de Pierre,
Chers Enfants et Petits-Enfants,
Chers Membres de la Famille Massart,

Au nom du professeur Henri Bouillon, Doyen de la Faculté de philosophie et lettres de l’U.C.L.,
Au nom de tous mes Collègues de la Faculté,
Au nom de tous mes Collègues du Département d’études romanes,
je vous adresse nos plus sincères condoléances à l’occasion du décès du professeur Pierre Massart.

C’est au professeur, membre de cette grande famille de l’U.C.L., que je voudrais réserver mes premiers mots.

Pierre Massart fait son entrée à l’U.C.L. comme étudiant, en octobre 1958, pour entamer le programme de licence en philologie romane, après avoir réussi ses candidatures aux Facultés Saint-Louis à Bruxelles. Son mémoire de licence porte sur l’œuvre critique de Benjamin Crémieux (Les principes de l’hypothèse critique chez Benjamin Crémieux). En novembre 1962, il est engagé comme assistant par Joseph Hanse et Raymond Pouilliart dans le Centre de littérature française moderne à la Faculté de philosophie et lettres de l’U.C.L. Après avoir très brillamment présenté une thèse de doctorat consacrée à Louis Codet (Les écrits de Louis Codet. Essai sur la dialectique littéraire du sujet et de l’objet), Pierre Massart devient premier assistant en 1972, avant d’être nommé chef de travaux en 1975. Il a été admis à l’éméritat en septembre 1999.

Dans ses recherches comme dans ses enseignements, Pierre Massart a joué un rôle de précurseur, dès le début des années 1970, dans le développement des études de sociosémiotique et de sociologie de la littérature, ce qui conduit inévitablement le chercheur à la prise en compte de corpus alors peu légitimés mais déjà parfaitement intégrés dans les pratiques culturelles des étudiants de l’époque (chanson, presse écrite, roman policier, roman sentimental, bande dessinée, publicité, littérature enfantine et juvénile, etc.). Parmi tous les projets qu’il a pu soutenir pendant sa carrière de professeur à l’U.C.L., je retiendrai tout spécialement celui qu’il a initié en janvier 1999, en tant que directeur fondateur du Groupe de Recherche sur l’Image et le Texte (le Grit), et qui consiste en un programme international de recherche intitulé « Texte, Image, Imaginaire ». Ce programme de recherche est toujours d’actualité aujourd’hui ; parce que Pierre Massart ne concevait pas la recherche autrement que « fédératrice », à l’intérieur comme à l’extérieur de son Département d’études romanes, c’est à une quinzaine de collègues de la Faculté que nous nous rendrons en novembre 2006 à Montréal pour le prochain colloque consacré à l’étude des relations entre texte, image et imaginaire.

Dans le livre d’hommage qui lui a été offert à l’occasion de son éméritat, la biobibliographie qui l’entame tente de rendre le plus fidèlement possible la richesse de la carrière menée par le scientifique et l’enseignant Pierre Massart [1]. Aventures et voyages au pays de la Romane : un titre qui annonce bien le caractère exceptionnel de ce parcours, comme celui de l’homme qui en est à l’origine. Parce que Pierre Massart était un homme qui croyait fondamentalement aux vertus du dialogue, nous avions choisi, Georges Jacques, Jacques Carion et moi-même, de laisser la parole au principal intéressé, à savoir Pierre, pour qu’il nous décrive lui-même, dans une suite de questions/réponses, ce qu’il en avait été de ses « aventures et [de ses] voyages au pays de la Romane »... Je voudrai maintenant lui rendre la pareille, c’est-à-dire prendre la parole pour m’adresser à lui plus personnellement, afin de prononcer des mots qui soulignent une personnalité hors du commun...


Cher Pierre,

Il y avait une phrase, pas tout à fait choisie au hasard, que nous aimions prononcer ensemble lorsque nous quittions le bureau du Collège Érasme, au terme d’une journée en général bien remplie : « En route pour de nouvelles aventures ! »...

Pour une fois, je ne pourrai pas t’accompagner sur le chemin de cette grande aventure qui s’ouvre à toi. Mais parce que le conformisme t’ennuie, c’est toi qui as pris l’initiative de me - de « nous » — laisser un viatique pour nous aider à poursuivre la nôtre d’aventure...

Tous ceux et toutes celles que tu as rencontré(e)s, à l’Université ou ailleurs, ont été touché(e)s, marqué(e)s par l’extraordinaire humanité qui se dégage de toi. Ce sens de l’accueil de l’Autre, tu le pratiques en donnant toute sa signification au terme d’altérité. C’est bien dans sa différence que tu accueilles l’Autre. Différence de caractère, d’intelligence, de culture... Ne faut-il d’ailleurs pas impliquer ce goût pour la différence dans certaines des orientations que tu as données à ta carrière d’homme de science, d’enseignement (auprès des jeunes, mais aussi des adultes, à l’ISCO et à la FOPA) et d’engagement social (comme représentant syndical ou membre actif de l’A.C.I.H.) [2] ?... Pour ce qui me concerne, en tant qu’assistant chargé de t’accompagner (à partir de septembre 1988) dans tes différentes tâches académiques, j’ai vite arrêté de compter les occasions au cours desquelles des étudiants, surtout lorsqu’ils étaient — comme on dit — « en manque de compétence », étaient prêts, et mieux encore, arrivaient à donner le meilleur d’eux-mêmes, convaincus qu’ils avaient été par ta manière de comprendre et de dire les choses. En un mot, par ton honnêteté qui n’est pas qu’intellectuelle.

Ce que tu laisses aujourd’hui est un bien beau cadeau dont je suis certain que tu serais très heureux que nous en fassions bon usage. Par la vie que tu as menée et qui aurait pu pourtant se montrer plus clémente à ton égard, tu nous as montré que cette vie, quelles que soient les circonstances, est un don qu’il faut faire rayonner autour de soi. Au-delà de tout ce que tu as pu écrire ou dire, je vois là le gage d’une présence qui défie le temps et nous engage à mieux être, en nous-mêmes et avec autrui.

Merci pour cette leçon, Cher Pierre, dont nous essaierons, avec nos moyens, de tirer tout le profit possible.

[1] On trouvera la biobibliographie du professeur Pierre Massart dans Jacques CARION, Georges JACQUES et Jean-Louis TILLEUIL (sous la dir. de), Aventures et voyages au pays de la Romane. Pour Pierre Massart, Cortil-Wodon, E.M.E., 2002, p. 5-14.

[2] De son investissement dans l’éducation populaire, Pierre Massart a dégagé de la matière et de l’expérience qui ont nourri deux publications : Bernadette et Pierre MASSART, Thérèse SOLÉ-TULKENS, Vic THAELS, Le plein d’idées pour se former et agir ensemble, Bruxelles, Vie ouvrière, 1980 ; Michèle HACCOURT, Bernadette et Pierre MASSART, Vic THAELS, Groupes efficaces. Le plein d’idées pour la formation et l’action, Bruxelles, Vie ouvrière, 1989.

Référence :
 
1, place Blaise Pascal - B-1348 Louvain-la-Neuve (Belgique) - tél. +32 (0)10 47 49 24 - fax +32 (0)10 47 25 79
Envoyer un mail au GRIT - Mise à jour : mercredi 16 décembre 2015