Grit Groupe de Recherche sur l'Image et le Texte
1, place Blaise Pascal - B-1348 Louvain-la-Neuve (Belgique) - tél. +32 (0)10 47 49 24 - fax +32 (0)10 47 25 79 - grit@rom.ucl.ac.be

RÉFÉRENCE
DÉOM Laurent, « L’aventure scoute en littérature : péripéties, pédagogie et poésie », dans Isabelle-Rachel CASTA (sous la dir. de), Si d’aventure... La littérature aventureuse a-t-elle vécu ?, Paris, Le Manuscrit, coll. « Recherche - Université », 2009, p. 45-69.

Laurent Déom
Laurent Déom est maître de conférences à l’université Charles de Gaulle - Lille 3, où il enseigne la littérature de jeunesse. Il collabore également aux projets scientifiques et aux activités éditoriales du (...) Plus...

article

[conclusion]

L’aventure scoute en littérature
Péripéties, pédagogie et poésie

L
’évolution est ainsi nette entre les péripéties des romans d’aventures et l’Aventure selon Foncine. Les premières n’ont guère survécu dans la littérature scoute au-delà des années 1930, mais ont été remplacées, à la suite de La Rude nuit de Kervizel, par des aventures un peu plus conformes à la vraisemblance référentielle et souvent plus soucieuses de la pédagogie, que l’on retrouve dans de nombreux romans scouts, jusqu’à l’aube du XXIe siècle. Quant à Foncine, il se distingue de ces dernières par sa position esthétique, qui tend à délaisser les préoccupations pragmatiques et pédagogiques au profit d’une création répondant à une nécessité de type poétique. Peut-être n’est-il pas étonnant que ce type d’inspiration se retrouve justement dans un recueil de poèmes à thématique scoute, Être scout, d’Olivier Echasserieau, par exemple dans le texte « L’Instant qui passe », qui affirme :
Il n’y a pas de vraie vie sans aventure,
Pas d’aventure sans ouverture du cœur
À l’instant qui passe.
Quelqu’il [sic] soit [1].
L’aventure scoute subsiste donc, quelles qu’en soient les mutations formelles et thématiques, quitte à emprunter des chemins imprévus et à se développer dans le sens d’une esthétique de l’existence qui représente peut-être l’aboutissement logique d’une littérature abandonnée à sa fonction poétique, plutôt que rivée à des considérations pédagogiques desquelles elle se ferait le simple instrument.


[1] Olivier ÉCHASSERIEAU, Être scout, Paris, Le Sarment - Fayard, coll. « Lumière », série « Serviteurs de la Lumière », 1993, p. 107.

Référence : DÉOM Laurent, « L’aventure scoute en littérature : péripéties, pédagogie et poésie », dans Isabelle-Rachel CASTA (sous la dir. de), Si d’aventure... La littérature aventureuse a-t-elle vécu ?, Paris, Le Manuscrit, coll. « Recherche - Université », 2009, p. 45-69.
 
1, place Blaise Pascal - B-1348 Louvain-la-Neuve (Belgique) - tél. +32 (0)10 47 49 24 - fax +32 (0)10 47 25 79
Envoyer un mail au GRIT - Mise à jour : mercredi 16 décembre 2015