Grit Groupe de Recherche sur l'Image et le Texte
1, place Blaise Pascal - B-1348 Louvain-la-Neuve (Belgique) - tél. +32 (0)10 47 49 24 - fax +32 (0)10 47 25 79 - grit@rom.ucl.ac.be

RÉFÉRENCE

Grit
Des questions ou des suggestions relatives à nos recherches, à nos activités ou à nos publications ? Des remarques ou des conseils quant au contenu de notre site ou à sa conception ? N’hésitez pas à (...) Plus...

[samedi 15 décembre 2012]

Milou, Idéfix & Cie. Le Chien en bande dessinée

U
N ouvrage collectif tout juste paru restitue au chien la place qu’il mérite dans l’histoire de la bande dessinée. Ces personnages attachants assument, encore aujourd’hui, aussi bien des rôles de figuration que de premier plan, en tant que compagnons (Bill) ou héros (Cubitus). L’ouvrage nous invite à relire les aventures des célèbres « Milou, Idéfix et Cie », comme à découvrir des figures canines dessinées par Töpffer, Rabier ou Derib. Particulièrement documenté, il s’offre tant aux chercheurs souhaitant approfondir le sujet qu’au large public des amateurs de bande dessinée.

L’intérêt de cette entreprise originale ne réside pas seulement dans le sérieux et la précision documentaire accordés à des héros de productions populaires. Il faut également saluer l’important travail des éditeurs qui, au fil de leurs éclairantes transitions, replacent dans une perspective historique les chapitres inspirés de points de vue variés (de la génétique animale à la stylistique littéraire en passant par l’histoire de l’art).

Les instigateurs de ce travail, professeurs à l’Université de Lyon, se sont tous deux illustrés récemment par des ouvrages de référence : Philippe Delisle se distingue par l’originalité de ses travaux d’historien de la « BD franco-belge », tandis qu’Éric Baratay vient d’atteindre une large audience avec son essai intitulé Le Point de vue animal, une autre version de l’histoire (Seuil, 2012). À notre grande fierté, le collectif de chercheurs réuni à leur initiative (à savoir Sylvain Lesage, Nicolas Rouvière, Jean-Paul Tibéri et Étienne Verrier) s’est élargi dans le contexte d’une activité du GRIT organisée voici un an à Louvain-la-Neuve. Grâce au colloque EPOP2, Philippe Delisle a pu proposer à Philippe Kaenel et à Benoît Glaude (membre du GRIT) de rejoindre ce projet consacré au « chien en BD ».

Un an après cette manifestation, la monographie Milou, Idéfix et Cie : Le Chien en BD inaugure la collection « Esprit BD », à laquelle s’intègrent les trois précédents ouvrages de son directeur Philippe Delisle (notamment le livre De Tintin au Congo à Odilon Verjus. Le missionnaire, héros de la BD belge, Karthala, 2011). Connaissant la rareté des collections universitaires consacrées à la bande dessinée, nous suivrons attentivement les parutions de cette nouvelle série à visées historiques et sociologiques.

(JPG)

L’introduction extraite de l’article de Benoît Glaude intitulé « Cubitus, ou la voix de son maître » :

Cubitus a connu une popularité croissante pendant le lent déclin de son journal, Tintin, auquel il est resté fidèle jusque dans ses déclinaisons tardives. Sans autre ambition que celle du « divertissement », Dupa a rencontré avec Cubitus son plus grand succès, mesuré notamment dans les référendums organisés annuellement par l’hebdomadaire auprès des « jeunes de 7 à 77 ans ». La série a connu des adaptations en dessins animés, elle a également reçu quelques distinctions, comme le prix du meilleur livre pour enfants (en 1984) à la Convention de la BD de Paris. Depuis lors, Cubitus est entré au patrimoine de la bande dessinée belge, célébré par sa librairie (à Binche), sa fresque (à Bruxelles), sa statue (à Limal), etc. Les éditions du Lombard ont perpétué la tradition, propre aux productions populaires, de la reprise du personnage par des continuateurs, après le décès de son créateur (en 2000). Pour autant, la série des « nouvelles aventures » ne supplante pas l’originale, à laquelle cet article est consacré.

La recette de cet engouement populaire ? Peut-être l’invention d’un trio bien typé, composé de Cubitus, « gros toutou blanc » ; Sémaphore, son vieux maître, « archétype du plus fidèle compagnon du chien » ; Sénéchal, son voisin, « chat casse-pattes dont la principale activité consiste à torpiller la bonhomie de Cubitus ». Comment se transmet la vivacité comique de ce trio ? Certainement par l’expressivité graphique des personnages, mais aussi, posons cette hypothèse, par la qualité des dialogues.

C’est un fait : Cubitus est un chien parlant. Il appartient donc à la famille des chiens de BD doués de parole. Autrement dit, lorsqu’il naît en 1968, il hérite de quarante années d’expérimentations de la bande dessinée franco-belge en la matière. Le personnage s’inscrit dans la tradition de la bande animalière ; sa série relève du genre de la chronique domestique humoristique ; ses gags mettent en scène un chien, comme les strips des Peanuts ou les planches de Boule et Bill. À travers le parler de Cubitus, un certain nombre de ses ancêtres « parlent » : des chiens, bien sûr, mais aussi d’autres personnages de bande dessinée qui ont, pour diverses raisons et éventuellement à son insu, marqué le dialoguiste Dupa. Ainsi, les premiers gags de la série évoquent indubitablement l’influence graphique et textuelle de Greg (l’auteur notamment d’Achille Talon). Dupa reconnaît cette filiation manifeste, lui qui fut son assistant pendant de nombreuses années, il admet que « la ressemblance de style en découle tout naturellement ». Bien entendu, le personnage de Cubitus ne s’inféode pas à ce seul modèle. Voilà donc la double question de cet article : « Qui parle à travers Cubitus ? » et « Comment parle-t-il ? ». Autrement dit, à supposer que le chien soit « la voix de son maître », de quel(s) maître(s) a-t-il reçu la parole et quel usage fait-il de ce don ?

La suite dans : Éric Baratay et Philippe Delisle (dir.), Milou, Idéfix et Cie. Le Chien en BD, Paris : Karthala (Esprit BD, n°4), 2012, pp. 247-268

La table des matières est disponible sur le site de Karthala

Référence :
 
1, place Blaise Pascal - B-1348 Louvain-la-Neuve (Belgique) - tél. +32 (0)10 47 49 24 - fax +32 (0)10 47 25 79
Envoyer un mail au GRIT - Mise à jour : mercredi 16 décembre 2015