Grit Groupe de Recherche sur l'Image et le Texte
1, place Blaise Pascal - B-1348 Louvain-la-Neuve (Belgique) - tél. +32 (0)10 47 49 24 - fax +32 (0)10 47 25 79 - grit@rom.ucl.ac.be

RÉFÉRENCE
TILLEUIL Jean-Louis, « Modes et travaux de l’héroïsme féminin. La part du mal dans la bande dessinée francophone contemporaine », dans WATTHEE-DELMOTTE Myriam et DEPROOST Paul-Augustin (études réunies et présentées par), Imaginaires du mal, Louvain-la-Neuve/Paris, Presses universitaires de Louvain/Le Cerf, 2000, coll. « Bibliothèque de la Faculté de philosophie et Lettres de l’UCL : section Transversalités, n° 1 », p. 425-448.

Jean-Louis Tilleuil
Jean-Louis Tilleuil est professeur à la Faculté de philosophie, arts et lettres (UCL). Ses enseignements et ses recherches portent sur l’étude sociocritique des productions littéraires et sur la (...) Plus...

article

[introduction]

Modes et travaux de l’héroïsme féminin
La part du mal dans la bande dessinée francophone contemporaine

P
ASSIONNé, depuis longtemps, par la bande dessinée (je me souviens d’une histoire de « petit » et de « tombé dedans »...), j’ai été très heureux de consacrer ma thèse de doctorat à l’étude des imaginaires symboliques des héroïsmes féminins dans la production francophone des années 1970-1990. Un corpus de seize albums avait été constitué pour mener à bien ma recherche doctorale. Il résultait de l’application, initialement sur l’ensemble de la production francophone des origines à 1990, d’un nombre important et d’une combinaison relativement complexe de critères qui, à terme, avaient dégagé 8 héroïnes pour la période 1970-1975 — Lili, Sophie, Cellulite, Paulette, Aurélia, Françoise, Caroline, Amélie — et 8 héroïnes pour la période 1985-1990 — Véra, Aria, Néphérouré, Jeanne, Margot, Laïyna, Modou et Rébecca [1].

Il m’a dès lors paru intéressant, compte tenu du thème du présent colloque, de profiter de la représentativité de mon corpus et des analyses sociosémiotiques dont il fait l’objet pour mener une étude sur un investissement imaginaire spécifique : la part du Mal dans ces héroïsmes féminins. Pour ce faire, je procède à une première contextualisation (interne), au sens où je rappelle brièvement les principaux résultats de mon étude doctorale, ce qui me permet d’installer un fond, héroïque et féminin, sur lequel viendra plus heureusement se détacher la forme prise par l’imaginaire maléfique. Les représentations du Mal n’ayant pas attendu la bande dessinée pour se manifester, je propose une deuxième contextualisation (externe) qui est censée nous donner le recul historique nécessaire pour une juste appréciation de la spécificité du Mal féminin dans la bande dessinée. Le troisième moment est bien évidemment le plus long et consiste en une étude comparative des périodes de production B.D. retenues [1970-75 et 1985-90] afin d’apprécier l’évolution de ces imaginaires du Mal.

Cette évolution étant particulièrement significative durant les années 1985-1990, j’ai choisi de consacrer une attention plus grande et des développements analytiques plus pointus aux productions issues de cette période.


[1] Pour plus de renseignements sur l’établissement de mon corpus doctoral, je renvoie aux p. 326-354 de ma thèse (La femme dans la bande dessinée francophone contemporaine [1970-1990]. Contribution à une sémiologie des messages mixtes, thèse de doctorat, Université catholique de Louvain, 1997, 620 p. + un volume annexe).

Référence : TILLEUIL Jean-Louis, « Modes et travaux de l’héroïsme féminin. La part du mal dans la bande dessinée francophone contemporaine », dans WATTHEE-DELMOTTE Myriam et DEPROOST Paul-Augustin (études réunies et présentées par), Imaginaires du mal, Louvain-la-Neuve/Paris, Presses universitaires de Louvain/Le Cerf, 2000, coll. « Bibliothèque de la Faculté de philosophie et Lettres de l’UCL : section Transversalités, n° 1 », p. 425-448.
 
1, place Blaise Pascal - B-1348 Louvain-la-Neuve (Belgique) - tél. +32 (0)10 47 49 24 - fax +32 (0)10 47 25 79
Envoyer un mail au GRIT - Mise à jour : mercredi 16 décembre 2015